„Hugo Brutin (a.i.c.a.)“

Miriam Maes ne cesse pas à nous surprendre par une multitude de formes d'expression, par l'intensité de ses émotions exprimées en images, par la profondeur de sa recherche de ce qui semble être intangible, par ce qu'on pourrait presque appeler l'agitation de sa créativité.

Les quatre éléments, air - terre - feu et eau, sont présents dans ce qu'elle nous montre ici, visible de manière somnolente ou bien perceptible. En plus de par ce qui est tangible et muni d'un élan spirituel, je me sens principalement attiré et touché par ce qu'elle dessine et peint maintenant. C'est un élément important de la totalité de ses efforts et ses compétences.

Il n'y a pas longtemps, elle peignait encore dans un vortex figuratif de couleurs et rythmes ses expériences en ce qui concerne ambiance et identité. Actuellement elle dessine et peint des nuages, l'eau et profondeur. Presque spontanément sont entrés des références au quai, ce qu'elle définit comme une évolution réaliste plutôt que manifestement figurative. Des dessins issus d'un sentiment concret de la réalité précèdent ses peintures. Elle peint d'une précision croissante l'éloignement et (littéralement et figurément) la profondeur. Sa picturalité éclatante peut être considérée l'alter ego de sa spiritualité.

Exposition 4 Femmes [7 Novembre 2008 - traduction du Néerlandais]

 

Hugo Brutin Miriam Maes présente, parmi un vingtaine de pièces, des dessins nus superbes et assez classiques, quelques dessins fins linéaires et des toiles étonnants, relevant une peinture authentique et émotive.
L'émotion peut confondre ou troubler l'harmonie - ce qui n'est pas le cas ici. Ratio et émotion se maîtrisent et s'inspirent.
Les tableaux incorporent la lumière et l'ombre, des couleurs qui s'attaquent et se séduisent, une extase et une harmonie entre l'explicité et la suggestion.
En effet, un ensemble captivant.

Exposition BZIO-IMBO [8 mars 2006 - traduction du Néerlandais

 

„André BAERT“

... l'inspiration pour ce qu'on voit ici. La vie de différentes déesses autour de Lilith, source Celtique d'amour, muse des grands poètes, prototype de la femme puissante, forte, passionnée et souvent cruelle qui a du laisser la place à la Eve biblique et docile.

...

Le fond est du papier, caressé, sculpté et collé, partant d'une technique mixed media non dominant qui est un art en soi. Sur se fond elle dessine d'une manière précise le nu féminin crayon fusain. Ces déesses sont les plus fortes quand leur tête disparaît partiellement dans le fond, laissant aux lignes du corps d'exprimer la confidence en soi du projet femme dans un brouillard de signes chinois, la calligraphie d'une notation musicale ou le style scripturaire du Jazz.

Exposition Kursaal Oostende [1 mai 2002 - traduction du Néerlandais]

  • © 2006-2018 Daniel Dumalin  | 
  • Hosted by rapidVPS | 
  • Follow me on
© 2006-2018 www.miriammaes.be